Les jeunes Maliens façonnent leur avenir

Sensibilisation des Rain Workers à Bamako et Moribabougou

En mars 2018, 23 jeu­nes adul­tes âgés de 19 à 25 ans du Mali, du Bur­ki­na Faso et de la Gui­née ont par­ti­ci­pé à un ate­lier pour débu­tants orga­ni­sé par Akti­on Regen. Par la suite, 19 par­ti­ci­pan­ts ont appli­qué leurs con­nais­sances nou­vel­le­ment acqui­ses dans une pra­tique de six mois dans trois col­lè­ges de plu­s­ieurs vil­la­ges des envi­rons de Bamako (Titi­bou­gou, Sala, Mori­ba­bou­gou) et Mop­ti (Dou­ent­za). Ils ont pu tou­ch­er 450 étu­di­ants grâce à leurs acti­vi­tés de sensibilisation.

En 2019, à l’initia­ti­ve des acti­vi­tés de l’as­so­cia­ti­on par­ten­aire loca­le, trois éco­les ont inclus des cours de plan­ning fami­lia­le dans leur pro­gram­me. Dans ces cours, des cha­pi­t­res sélec­tion­nés du dos­sier de l’ate­lier d’Ak­ti­on Regen ain­si que l’uti­li­sa­ti­on des outils seront ens­eig­nés. De plus, les Rain Workers par­ti­ci­pe­ront à une cam­pa­gne de pro­mo­ti­on de la plan­ning fami­lia­le et de sen­si­bi­li­sa­ti­on aux muti­la­ti­ons géni­tales féminines.

Le Mali fait par­tie de ces pays dans les­quels bien plus de 80% des fil­les et des femmes sont tou­chées par cet­te pra­tique con­trai­re aux droits humains. Les coor­di­na­teurs locaux envis­agent de coopé­rer avec deux sta­ti­ons de radio à Bamako afin de sen­si­bi­li­ser un public aus­si lar­ge que pos­si­ble: une ou deux fois par mois, les chefs d’é­qui­pe du Rain Worker don­ne­r­ont des inter­views sur leurs mesu­res de sensibilisation.

Je m’ap­pel­le Maci­ré Tra­o­ré de Mori­ba­bou­gou, au Mali. Je m’im­pli­que dans ce pro­jet de plan­ning fami­li­al d´Aktion Regen car le trans­fert du savoir sou­ti­ent l’auto-assistance!

Au Mali, nous coopé­rons avec AN KO FASO, l’As­so­cia­ti­on pour la pro­mo­ti­on des droits des femmes et des jeu­nes fil­les à Bamako et “Akti­on Regen Mali”, l’as­so­cia­ti­on de nos 17 Rain Workers. Le plan­ning fami­li­al est éga­le­ment sou­tenu et dis­cu­té par les auto­ri­tés mali­en­nes et le pré­si­dent Ibra­him Bou­ba­car Keita.

«Il peut y avoir de nombreu­ses façons pour un pays de se déve­lo­p­per. À mes yeux, l’au­to­no­mie est un fac­teur indis­pensable dans tout déve­lo­p­pe­ment. L’au­to­no­mie ne peut être obte­nue que par l’é­du­ca­ti­on, car l’é­du­ca­ti­on aug­men­te la con­sci­ence indi­vi­du­el­le et coll­ec­ti­ve. Sur la base de cet­te con­vic­tion, je suis un ardent défen­seur le trans­fert de con­nais­sances et de com­pé­ten­ces et donc je con­sidè­re éga­le­ment la coopé­ra­ti­on au déve­lo­p­pe­ment basée sur ce prin­ci­pe com­me une appro­che très prag­ma­tique et pro­met­teu­se “, décla­re Mama­dou Koné, Con­sul hono­rai­re de la Répu­bli­que du Mali en Autri­che, Rain Worker Trai­ner et Con­sul­tant pour l’Afrique.

Les jeu­nes sont et res­te­ront l’a­ve­nir d’un pays com­me le Mali. Une jeu­nesse infor­mée est bien équi­pée pour une vie auto­no­me et indé­pen­dan­te. Le trans­fert de con­nais­sances est un moy­en à long ter­me d’assurer l’in­dé­pen­dance des femmes et des filles.

C’est ce qui res­sort de l’en­tre­ti­en avec l’en­traî­neur de l’Ak­ti­on Regen Mama­dou Koné, que la chaî­ne de télé­vi­si­on TV FOND DE DEVELOPPEMENT SOCIAL a eu avec lui en 2016.

&#x
Taux de natalité:
6,06 enfants par femme
&#x
Mor­ta­li­té maternelle:
6%
&#x
Femmes mutilées génitales:
89%
&#x
Mor­ta­li­té
infan­ti­le:
6,6%
&#x
Taux d’analphabétisme:
Hom­mes 46,5% Femmes 60,4%
&#x
Taux de VIH/SIDA chez l’adulte:
1%
Le nombre d’en­fants dans la famil­le est un paramèt­re important de la sta­bi­li­té d’u­ne société